mercredi 30 mai 2007

La Pépinière des Jeunes Délinquants

Hier à environ 11 du matin, alors que je passais auprès de la grande Place de la Kasbah, mon attention fut attirée par des cris et des chants de jeunes élèves. J’ai fait un petit détour pour passer à côté du Collège Sadiki et voir ce qui se passait.

De loin je voyais un groupe de jeunes élèves chanter et même danser en face de l’entrée latérale du collège.

J’ai souri et je me suis souvenu de l’époque de mon passage au Lycée Technique de Tunis, seulement a mon approche, les chants devenaient plus clairs et a ma surprise s’était des chants de Stade de Foot avec des mots grossiers et surtout des insultes portant outrage à la morale publique.
L’effet du groupe aidant, ces chants sont accompagnés de danses folles et hystériques,

Je fus vraiment chiffonné, d’entendre ces jeunes chanter et se comporter ainsi devant leur collège, devant les passants Hommes, Femmes et Enfants. Un manque flagrant de discipline doublé par une attitude agressive.

Je pense que ce comportement agressif et impudique des élèves, qui n’est pas propre uniquement aux élèves du collège Sadiki, devient inacceptable et que les institutions concernées (Ministère de l’Enseignement, Collège ou Lycée, Associations, Municipalité, Police locale) doivent prendre les dispositions nécessaires afin d’éviter ses débordements qui aident à la "fabrication" de jeunes délinquants.

L’indiscipline de nos jeunes enfants nait dans la rue, devant les institutions d’enseignement (faute des heures creuses et du manque de salles de révisions) pour se propager à l’intérieur des établissements scolaires et même dans nos foyers.

mardi 29 mai 2007

La Presse Bête ou Malhonnête

Que les politiciens manigancent un sale boulot entre eux ou contre des pays adverses, ça se comprend très bien mais que les mass-médias les suivent dans leurs argumentations c’est la pire tragédie de la Démocratie Moderne.

Après le sinistre du 9/11 et de la colonisation de l’Irak orchestrées par les mass-médias, l’une par le fait de cacher la vérité, la seconde par le fait de propager des mensonges, nous sommes confrontés aujourd’hui encore à une manipulation du citoyen du monde à travers le 8ème Art qui est devenue l’art de la Démagogie et de la Désinformation.

Ainsi, nous le savons tous que le Président Iranien, Mahmoud Ahmadinejad, veut détruire Israël et tous les Juifs avec. Comme tout Bon Antisémite, il déteste les Juifs simplement parce qu'ils sont des Juifs, et il attend avec impatience d’avoir l’arme nucléaire pour rendre effective la "Solution Finale", une fois pour toutes. La preuve est fournie par les Déclarations de ce Président même.

Au fait nous ne le savons pas, nous avons eu un léger lavage de cervelle et nous avons été menés à croire par les USA, Israël et la Grande Bretagne que simplement l’Iran cherchait à détruire Israël.
Comme d’habitude la machine de propagande occidentale a tourné sa roue et bêtement ou malhonnêtement la Presse a joué le jeu par l’utilisation sélective des phrases, leur interprétation arbitraire et même littéralement fausse ainsi que la distorsion des mots pour faire dire à Ahmadinjad ce qu’il n’a jamais dit.

La position d’Ahamdinejad vis-à-vis des Juifs et Israéliens se résume dans cette phrase exprimée lors d’une conférence de presse à New York « nous aimons tout le monde autour du monde: Les Juifs, Chrétien, Musulmans » et en ajoutant que « les Sionistes ne sont pas des Juifs ». Son problème majeur est avec le Gouvernement Sioniste plutôt que les Juifs ordinaires.

On nous a bourré la tête depuis des mois que l’Iran s'est engagée à anéantir Israël à travers son furieux et imprudent Président Ahmadinejad. Le choc a été surtout avec sa citation la plus infâme qui a fait le tour de tous les Journaux de Presse du Monde et de tous les Journaux Télévisés "Israël doit être rayée de la carte". Seulement, cet Ahmadinejad n'a jamais utilisé le mot "Carte" ou le terme "Rayée". D'après des experts en langue Perse, il a dit simplement "ce régime qui occupe Jérusalem doit disparaître de la page du temps ", une citation reprise à l’Imam Khomeiny des années 80.

« Je n'ai aucun doute que le nouveau mouvement qui a lieu en notre chère Palestine est une vague de moralité qui va couvrir le monde Islamique entier et lequel enlèvera bientôt cette tache de honte du monde islamique ».

La traduction dans les journaux occidentaux à donné ce qui suit :
« Il n'y a aucun doute: la nouvelle vague d'assauts en Palestine effacera la Honte du monde Islamique ». "La Vague de Moralité" a été remplacée par "Vague d’assauts" et "La Honte" a été interprétée comme " Israël ".

Lors de la conférence l'Organisation des Pays Islamiques, Ahmadinejad a encore une fois dit « Le vrai remède pour le conflit (israélo-palestinien) est l'élimination du régime Sioniste, mais il devrait y avoir un cessez-le-feu immédiat en premier lieu ".

Ce qui a donné ce qui suit dans les journaux occidentaux « Le remède principal pour la crise du Moyen Orient est la destruction d'Israël ».


Grand merci pour les acteurs du 8ème Art qui nous induisent dans l'erreur. Cherceher ça profite à qui ??

Journaux SERIEUX qui on diffusés ces informations.
Le Point
Agence France Presse

lundi 28 mai 2007

Joyeux Anniversaire les Enfants



Il est né le 22 Mai 1997. On a fêté son anniversaire avant hier après-midi. Ici il avait à peine 1 mois. Aujourd'hui il chausse du 37.




Elle est née le 11 Mai 2001. On a fête son anniversaire le samedi 13 Mai dernier.


Je souhaite de tout mon coeur qu'ils réussissent leurs études et qu'ils deviennent de Bons Citoyens.
Je souhaite de tout mon âme qu'il évoluent dans le respect des Valeurs Musulmanes, Humaines, Arabes et Tunisiennes.

Celle du milieu, c'est pour fin juin

dimanche 27 mai 2007

Reproches à l’Occasion de la Fête des Mères


C’est à toi que je fais des Reproches, celui qui même loin de sa Mère ne lui a pas téléphoné ou envoyé une carte de vœux. C’est à vous aussi que je fais des Reproches ceux qui se souviennent uniquement de leurs Mamans pendant les Fêtes et les Occasions, ceux qui leur téléphonent que rarement.

C’est encore à vous que je fais des Reproches celui dont les visites à ta Maman se comptent aux bouts du doigt.

Je n’ai pas besoin de te rappeler les 9 mois pendant lesquels elle ta conçu est porté dans son corps et les douleurs qu’elle a supportée pour que tu sortes à la vie, alors qu’aujourd’hui tu ne supportes même pas de rester auprès d’elle plus qu’une heure et tu ne ressens rien à ses douleurs.

Ingrat, Tu as vite oublié combien de nuits blanches a-t-elle passée à tes côtés supportant tes pleurs et tes cris à propos d’une poussée dentaire ou d’une fièvre légère ou même sans raisons alors que toi tu n’es pas capable de veiller sur elle-même une seule nuit.

Ta mémoire est courte pour te rappeler qui t’a torché tes petites fesses avec tes nauséabondes odeurs et excréments pendants plus que 3 ans, toi qui pissais partout ou tu mettais les pieds, sur le parquet, sur la moquette, sur le tapis et même dans ton lit alors que toi tu te dégoute de sa maladie ou de son vomis.

Tu ne te souviens plus d’avoir tété son sein maternel pendant 2 années et bien sûr tu ne savais pas, égoïste, que chaque tétée est une vraie transfusion sanguine.

Qui a été patient pour t’apprendre à marcher ensuite pour supporter tes bêtises et empêcher le Papa de te donner la raclée méritée alors que maintenant tu la fuis.

Qui te cuisinait tes plats favoris ?, qui te lisait un livre ou te racontait une histoire pour te faire plaisir ?
Qui t’a appris à dessiner et à écrire et par la suite à nettoyer des gribouilles sur les meubles et sur les murs ?
Qui t’a supporté ? qui t’a soutenu ? qui t’a conseillé ? qui a t’a réellement aimé pour ce que tu es vraiment ?

Qui a fait de toi l’Homme ou la Femme qui est devenue aujourd’hui ?.

Et toi qu’est ce que tu as fait en contrepartie pour cette Maman ??????????????.

De toute façon, merci pour ton coup de téléphone mensuel, merci pour la bonne couchante que tu payes pour l’accompagner, merci pour avoir acheté les couches hygiéniques, merci pour l’argent envoyé mensuellement merci, merci, merci ….. mais ils ne te remplacent pas.

Ils ne remplacent pas le sourire qu’elle veut encore voir sur tes lèvres, ils ne remplacent pas les mots tendres qu’elle veut entendre de toi, ils ne remplacent pas ta présence à côté d’elle, ils ne remplacent pas le sentiment de se blottir contre toi. Ils ne remplacent pas son désir de se sentir aimée par toi.

« La Voie vers le Paradis est pavée par le Consentement des Mères »

Chansons pour ma Maman

Se sont les plus belles chansons des Mamans que j'adore pour le moment et que j'offre à celle qui m'a donnée la Vie.

Sami Yusuf - Mother




Lorie - Je t'aime Maman




Genesis (Phil Collins) - Mama




Sami Yusuf - Mother

Blessed is your face
Blessed is your name
My beloved
Blessed is your smile
Which makes my soul want to fly
My beloved
All the nights
And all the times
That you cared for me
But I never realised it
And now it’s too late
Forgive me

Now I’m alone filled with so much shame
For all the years I caused you pain
If only I could sleep in your arms again
Mother I’m lost without you

You were the sun that brightened my day
Now who’s going to wipe my tears away
If only I knew what I know today
Mother I’m lost without you

Ummahu, ummahu, ya ummi
wa shawqahu ila luqyaki ya ummi
Ummuka, ummuka, ummuka ummuka
Qawlu rasulika
Fi qalbi, fi hulumi
Anti ma’i ya ummi
Mother... Mother... O my mother
How I long to see O mother
“Your mother, Your mother, Your mother”
Is the saying of your Prophet
In my heart, in my dreams
You are always with me mother

Ruhti wa taraktini
Ya nura ‘aynayya
Ya unsa layli
Ruhti wa taraktini
Man siwaki yahdhununi
Man siwaki yasturuni
Man siwaki yahrusuni
‘Afwaki ummi
Samihini...
You went and left me
O light of my eyes
O comfort of my nights
You went and left me
Who, other than you, will embrace me?
Who, other than you, will cover me?
Who, other than you, will guard over me?
Your pardon mother, forgive me

-------------------------------------------------------------
Lorie - Je t'aime maman

Je me souviens
De nos éclats de rire
Même si ça partait de rien
Quel plaisir!

Tu savais bien
Deviner mes angoisses
Avec des p'tits mots malins
Pour que ça passe

Parfois les choses sont difficiles à dire
Mais toi seule sais me comprendre et me guérir

On se ressemble
Jusque dans le regard
Et si je manque d'assurance certains soirs
Je marche droits et me prends pour toi
Quand je chante et je danse, en pensant à toi

Parfois les mots sont difficiles à dire
Mais toi seule sais me comprendre et me guérir

{Refrain:}
Tu me donnes toutes ta tendresse et tout ton amour
En tenant toutes tes promesses, jour après jour
Tu es ma fan la plus fidèle
Et en femme toujours un modèle
Et tout simplement je t'aime, maman

Toi ma confidente
Je te raconte tout
Mes histoires d'amours trépidantes
Ne sont pas taboues

Tu es comme un ange
Qui vient la nuit dans mon lit
Balayer de mauvais rêves
Que je n'ai pas choisis

Parfois les mots sont difficiles à dire
Mais toi seuls sais me comprendre et me guérir

----------------------------------------------------
Genesis - Mama

I can't see you, mama
But I can hardly wait
To touch and to feel you, mama
Oh, I just can't keep away
In the heat and the steam of the city
Ooh, it's got me running and I just can't brake
So say you'll help me, mama
'Cause it's getting so hard, ooh

Now I can't keep you, mama
But I know you're always there
You listen, you teach me, mama
And I know inside you care
So get down, down here beside me
Ooh, you ain't going nowhere
No, I won't hurt you, mama
But it's getting so hard, ooh

Ha ha ha, ha ha ha, awh
Ha ha ha, ha ha ha, awh

Can't you see me here, mama,
Mama, mama, mama, please?
Can't you feel my heart?
Can't you feel my heart?
Can't you feel my heart, ooh?
Now listen to me, mama
Mama, mama
You're taking away my last chance
Don't take it away !
Can't you feel my heart?

Ha ha ha, ha ha ha, awh

It's hot, too hot for me, mama
But I can hardly wait
My eyes, they're burning, mama
And I can feel my body shake
Don't stop! Don't stop me, mama
Ooh, make the pain, make it go away, hey
No, I won't hurt you, mama
But it's getting so hard, ooh

Now I can't see you, mama
But I know you're always there
You taunt, you tease me, mama
But I never, never, never can keep away
It's the heat and the steam of the city
Ooh, got me running and I just can't brake
So stay, don't leave me, mama
'Cause it's getting so hard, ooh

Don't go no no, don't go
No no no, don't go...

samedi 26 mai 2007

Sami Fehri à ses Débuts


Ce sont deux photos prises à Sami Fehri lors de ses débuts dans l'émission "Akher Kara" "A prendre ou a laisser".


vendredi 25 mai 2007

La Loi et le Jeu de l’Oie (2ème Partie)

Je vais vous épargner les détails des questions réponses entre moi et le Doyen de Juges d’Instruction (DJI) qui sont vraiment très stressantes. Seulement après deux séances, mon avocat m’a garantit les 5 ans d’emprisonnement sauf MIRACLE. Et qui a dit que les Miracles n’existaient pas.

Le DJI, n’a pas tenu compte de tous les documents délivrés par mon fournisseur Américains concernant la nature du produit. Ici nous sommes en Tunisie et c’est la loi Tunisienne qui prime. D’accord Monsieur le Juge.

Suite à l’enquête déclenchée par la Direction des Douanes sur le positionnement tarifaire (code douanier) de ce produit, j’ai fait une demande de classement (munie d’échantillons) auprès d’eux afin de trancher définitivement.

Quelques semaines plus tard, j’ai reçu une lettre ordinaire de la Direction des Douanes m’informant que suite à ma demande de classification tarifaire, ils ont l’honneur de me faire savoir que SUITE AUX ANALYSES EFFECTUEES PAR LE LABORATOIRE NATIONAL DE CONTROLE DES MEDICAMENTS, IL S’EST AVERE QUE CE PRODUIT EST UNE PREPARATION ALIMENTAIRE.

Donc résumons, d’une part le LNCM fait un rapport dans lequel ce produit est déclaré médicament, d’autre part ce même LNCM déclare dans un deuxième document que ce produit est une préparation alimentaire (ou complément alimentaire).
Cherchez l’erreur ???????. Je me garde de commenter cette disparité au niveau de l’organisme qui est supposé être exempt de toute erreur pour dire que C’EST LE MIRACLE ATTENDU.

Au fait le produit n’a jamais été un médicament, le premier rapport a été confectionné sur mesure de cette affaire, le second a mentionné véritablement la vraie nature du produit tout en n’étant pas au courant du 1er rapport.

Et c’est gagné !!! non je rêve, mes détracteurs ne vont pas baisser le bras.

Quelques semaines après que mon avocat ait remis une copie de la lettre reçue des Services Douaniers sur la vraie nature du produit au DJI, je fus convoqué encore une fois par ce dernier. Cette fois-ci une autre accusation m’attends !!!!. Comme dans le jeu de l’Oie, tu tombes dans un piège et tu retourne à la case de départ.

Après analyse par le Laboratoire National de Contrôle des Médicaments (encore lui), il s’est avéré que le produit est contaminé par un champion Aspergillus Versicolor, donc il est Toxique. Je ne trouve aucune réponse immédiate et je demande de consulter mon fournisseur. Mon Avocat rappelle au DJI que le produit analysé n’a pas suivi une procédure légale de saisie et donc l’analyse ne peut pas être juridiquement prise en considération. Remarque rejetée par le DJI.

Le DJI s’est accroché au terme Toxique. Je lui ai rappelé que l’eau contenait du Chlore toxique et pourtant nous la buvons tous les jours et qu’il ne suffisait pas mentionner l’existence d’un élément nocif dans un produit pour dire que le produit est toxique mais il fallait indiquer la concentration du produit nocif et déterminer le seuil de toxicité. Je parlais Chinois et le DJI ne cherchait pas à comprendre ma défense. Le produit est Toxique c’est tout.

J’ai contacté mon fournisseur qui a été fou furieux d’entendre cette nouvelle. Outre le certificat d’analyse dont nous disposons du fournisseur à chaque expédition de marchandise, il nous envoya un second certificat d’analyse d’un laboratoire américain indépendant ainsi qu’un certificat d’analyse d’un laboratoire français du même lot de marchandise qui se trouvait en France. Les trois certificats mentionnaient la non existence de ce champignon et la conformité de l’analyse microbiologique aux normes internationales.

J’étais enthousiaste mais le DJI refusa de prendre en considération ces certificats. Il faudrait des certificats d’analyses tunisiens et d’un organisme étatique et non privé.

Je me suis adressé à l’Institut Pasteur qui fait des analyses microbiologiques mais au vu du produit (qui vient d’avoir une notoriété criminelle), il m’ont refusé de faire l’analyse !!!!!!!!!!!.

Je me suis adressé à l’Institut de Nutrition mais au vu du produit, ils m’ont dit qu’ils ne sont pas équipés pour faire ce genre d’analyses. J’étais coincé, y a-t-il un autre Miracle ??.

Il restait une seule institution valable, le Laboratoire Central d’Analyses et d’Essais qui fait notamment des analyses microbiologiques pour l’industrie agroalimentaire mais comment faire pour analyser le produit et ne pas être refoulé ?.

J’ai compté sur la chance, la patience et un mouchard qui fini par m’informer que leur Chef de Laboratoire est parti en séminaire à l’étranger. J’ai remis mes échantillons et j’ai attendu.
Deux semaines et 2 jours après, j’ai récupéré mon bulletin d’analyse qui était conforme.

Le document a été remis au DJI, je ne fus jamais convoqué par la suite et le dossier a été mis au Frigo, sauf ils ont oublié que je suis interdit de voyage. L’Affaire à démarré en 2000 et le jugement final a eu lieu en 2003 soit 3 ans d’attente totale.

Sentence :
1000 DT d’amende pour publicité mensongère.

Autres conséquences :
Plus que 100 000 DT de perte pour l’entreprise.
Mon Patron délocalisa son activité en Egypte.
et moi dégouté que des Trafiquants de Pouvoir puisse mettre en péril la vie de toute une famille et même risquer de la briser.

Et la vie continue dans notre chère Tunisie…

jeudi 24 mai 2007

Fête des Mères J-3

Saber Rebai - Oumy




Boyz 2 Man - Song for Mama




Poetic Lovers - Tu me manque Maman


La Loi et le Jeu de l’Oie (1ère Partie)

- Janvier 98, j’ai rejoint une société Off-shore pour les Tissus enduits
- Septembre 98 nous avons crée une nouvelle entreprise commerciale et nous avons lancé sur le marché européen un produite parapharmaceutique qui a eu un très un grand succès commercial surtout en Suisse.
- Objectif diversification, en Mai 99, nous signons un contrat de partenariat avec un Laboratoire Américain pour la commercialisation de leur gamme de produits sur l’Afrique du Nord et l’Egypte.
- Juillet 99 nous avons fait notre première opération d’importation d’un un produit d’amaigrissement à base de Chitosane dans l’optique de monter en Tunisie un une unité de fabrication de ce produit pour le commercialiser en Afrique du Nord et au bassin méditerranéen.
- Ce type de produit est vendu pratiquement dans TOUS LES PAYS DU MONDE et même s’il se présente en gélules en boite, il est considéré comme un COMPLEMENT ALIMENTAIRE (c’est ce qui est précisé déjà dans la nomenclature douanière de Bruxelles).
- Le produit commercialisé dans les pharmacies et les boutiques diététiques à eu un bon succès sur le marché local en dépend d’une compagne publicitaire très réduite. Certaines machines sont déjà commandées pour sa fabrication locale.
- Mai 2000, nous avons reçu un fax du Ministère de la Santé Publique nous sommant, l’arrêt immédiat de la commercialisation de ce produit et le retrait de tous les lots en circulation. Les raisons ne sont pas précisées.
- Application immédiate de cette consigne par nos soins.
- Ouverture d’une enquête policière qui a été achevée en quelques heures, cependant durant trois jours, j’allais au poste de police de 8:00h du matin à 18:00h le soir. Les policiers étaient très gentils et ils m’ont très bien traité. J’ai été aussi enquêté par les Services de Douane et la Brigade Economique.
- J’ai été aussi par la suite convoqué pour enquête de la part du Ministère de la Santé Publique, du Ministère du Commerce, du Ministère des Finances (direction des Douanes).

1èr Constat : Le produit parait être un médicament et le plus grave était de savoir comment j’ai pu le faire introduire sur le marché local et comment j’ai pu le commercialiser sans contraintes dans les pharmacies.

A rappeler qu’il y a eu plusieurs opérations d’importation et qu’à chaque fois, les services de douanes prélevaient des échantillons. Important, le contrôle de chaque importation a été effectué par un douanier différent (désigné par le système informatique), je le précise parce que par la suite j’ai été soupçonné même d’avoir corrompu les agents douaniers pour faire sortir la marchandise à la vente.

- Juin 2000, une enquête judiciaire a été ouverte par le DOYEN DES JUGES D’INSTRUCTION (DJI) même (celui qui enquête sur les grandes affaires d’état, de Terrorisme, affaires politiques etc …) avec comme chef d’accusation, commercialisation illicite d’un médicament ou d’un produit qui peut nuire à la santé. Le Total des charges citées par le DJI était pour 7-8 ans d’emprisonnement dont 5 ans pour tentative de meurtre non prémédité (devinez contre qui ?, contre vous, contre tous les citoyens de ce pays).
Le DJI tenait un rapport établit par le Laboratoire National de Contrôle des Médicaments (LNCM) qui stipulait ce qui suit :
1- Le Chitosane n’a pas de monographie officielle dans les Pharmacopées Internationales (comment un composant médical ne peut-il pas être identifié dans toutes les nomenclatures médicamenteuses du monde entier ?)
2- Le produit commercialisé contient de la vitamine C (beaucoup de boissons et jus commercialisés contiennent de la vitamine C)
3- Le produit est sous forme de gélules (à la même époque, l’ail se vendait en gélules, la gelée royale en ampoule buvable et l’aspartame en comprimés (vendu même dans les stations services) et pourtant se ne sont pas des médicaments)
4- Le produit contient des indications thérapeutiques (j’ai remis au juge un extrait d’une brochure qui mentionnait presque les même indications thérapeutiques. Deviner de quel produit s'agit-il? de l’huile d’olive)
5- La nature polysaccharidique du produit et son origine animale.

Et qui concluait que : CE PRODUIT EST CONSIDERE COMME MEDICAMENT ET DOIT SUIVRE LES PROCEDURES APPLIQUEES POUR LES MEDICAMENTS.

Bravo LNCM pour votre Compétence et votre Vigilance sur la Santé du Citoyen.

A suivre ….

mercredi 23 mai 2007

Fête des Mères J-4

Commençon par une Chanson Tunisienne Azerni de Moncef Abla




Ensuite du Rap pour Maman avec Sir Pathétik - Mamam




et terminer enfin en Reggae avec Gyptian - Mama don't Cry




Sir Pathétik - Maman

toujours dis rien d’facile
pas toujours évident
rester a maison pour élever les enfants
ma sœur marie-pierre, pathétik moi son frère
une belle enfance
ben élver par leur mère
le souper toulten prêt
la famille régnais
pendant k’papa travaillait
hey yo maman s’occcupais
d’faire le ménage, faire le lavage
faire les devoirs , bordé ses enfants a chaque soir
fallait manquer de rien
maman voulait notre bien
papa gagnait notre pain
hey yo stais l’ten k’chtais ben
pi stais l’bon ten
la famille souriait plus souvent
stais l’bon ten
papa maman les enfants
la famille réunis
pour le meilleure pour le pire
mes joies, mes peines
jpouvais toute dire
ta su guider mes choix
t’es une personne que j’admire
pi quand des fois j’dérape
ben tu sais quoi m’dire
han

maman... G ten d’chose att dire
maman... mais j’aime mieu te l’écrire
maman... jaimais t’voir a chaque matin
maman... pour toi j’deviendrai quelqu’un d’bien
maman... G ten d’chose att dire
maman... mais j’aime mieu te l’écrire
maman... jaimais t’voir a chaque matin
maman... pour toi j’deviendrai quelqu’un d’bien

ta toujours compris k’jétais différent
même si G pas d’allure jle c k’tu m’comprend
té belle et précieuse a mes yeux
apelle man, on va souper quand tu veux
jte sentais proche même quand t’était loin
G juste une mère pi j’conte bien en prende soin
sé l’fun, l’avnir nous a raprocher
jmennuie du ten ou jte voyais pour souper
même dans mes pires moments
tu m’a accepter
ma mère je l’aime
pi j’espère que tu l’sais
c’est sur, que j’veu jamais t’décevoir
j’espère k’tu m’aime même si des fois j’suis bizarre
t’est vraiment une personne que j’admire
quand ma vie va mal ben tu sais quoi m’dire
j’te dis rarment ske j’pense mais j’veu t’dire merci
d’avoir été toulten la, laba comme ici

maman... G ten d’chose att dire
maman... mais j’aime mieu te l’écrire
maman... jaimais t’voir a chaque matin
maman... pour toi j’deviendrai quelqu’un d’bien
maman... G ten d’chose att dire
maman... mais j’aime mieu te l’écrire
maman... jaimais t’voir a chaque matin
maman... pour toi j’deviendrai quelqu’un d’bien

maman...
maman...
maman...

maman... G ten d’chose att dire
maman... mais j’aime mieu te l’écrire
maman... jaimais t’voir a chaque matin
maman... pour toi j’deviendrai quelqu’un d’bien
maman... G ten d’chose att dire
maman... mais j’aime mieu te l’écrire
maman... jaimais t’voir a chaque matin
maman... pour toi j’deviendrai quelqu’un d’bien....



GYPTIAN - MAMA

Oh yeah, nananana yea, oh Mama, Mama dont cry, Mama dont cry dont cryyy...

Mama dont cry no more, Oh better days are there for sure, Wipe those tears from your eyes
I will bear the hunger, we poor (X2)

(Verse)
Mama, theres so many times we go through days without food to eat
Mama, theres so many nights we sleep in a bundle like a flock of sheep
Mama, i know what it feels like to have a holey shoes on my feet
So mama don't cry, cus i know
I'm gonna make your bitter turn sweet.

(Chorus)
Mama dont cry no more
OOh..better days are there for sure
Wipe those tears from your eyes
Oh i will bear the hunger, we poor
(Mama dont cry)

(Verse)
I admire the time you stood by me through all of the bad times
Mama, scold me when i done wrong and said 'Gyptian, dont want you to travel in the wrong direction.'
I wish every mother in the world was just like you
Your loving is so kind, Oh yes my Mama
Your loving is soooo true

(Chorus)
So Mama dont cry no more, Oh better days are there for sure, Wipe those tears from your eyes
I will bear the hunger, we poor (X2)

Theres so many times we go through days without food to eat
Mama, theres so many nights we sleep in a bundle like a flock of sheep
Mama, i know what it feels like to have a holey shoes on her feet
Mama don't cry, cos i know, i know
I'm gonna make your bitter sweet
Mama dont cry no more
OOh..better days, better days are there for sure
Wipe those tears from your eyes, oooh
Mama dont cry no more (Cryyy no more)
Wipe those tears from your eyes
(Wipe those tears from you eyes)

(VERSE)
Mama you are, the one, that make me to be (?) today
Mama you are the one, you showed me sometimes the sky is blue and sometimes grey
Mama you are, i cant find words to say
But i know that you are the one to give me true loving everyday

So Mama dont cry no more, Oh better days are there for sure, Wipe those tears from your eyes
I will bear the hunger, though we poor
Mama dont cry no more, Oh better days are there for sure, Wipe those tears from your eyes
I will bear the hunger, we poor

So many times we go through days without food... to eat.

Bientôt la Fête des Mamans

Bientôt c’est la Fête des Mamans. Avez-vous pensé au cadeau que vous allez lui offrir ?

Franchement pas encore, si vous avez des idées à me souffler, surtout n’hésitez pas.



Je tiens à vous rappeler que vos Femmes sont aussi des Mères, n’oubliez pas ...

L’Administration, l’Employabilité et la Rentabilité

Connaissez-vous le métier de Tamponneur ?, Si, si, vous le connaissez très bien et vous eu recours à ses services maintes fois. Attention ce n’est pas celui qui met et enlève les Tampons Hygiéniques. !!!

Afin de réduire le taux de chômage, l’Administration Tunisienne fait de grands efforts pour le recrutement de cadres et employés nécessaires à son bon fonctionnement et ceci est un exemple dont les pays arriérés, sous-développés, en voie de développement et même les développés et les super-développés doivent suivre.

Ainsi, dans les mairies et afin d’établir une copie conforme d’un document ou attester d’une signature légalisée, vous devez impérativement passer par le Tamponneur.

Le Tamponneur est un métier difficile qui nécessite de la Vigilance, de la concentration mentale et d’un effort physique considérable.

Après vérification du document à légaliser ou à signer et après contrôle de votre identité, Monsieur le Tamponneur, tend la main vers le premier Grand Tampon, l’écrase avec force dans l’encreur et avec une précision impeccable TAMPONNE votre document dans un espace le plus clair est dégagé que possible pour laisser une très belle empreinte. Notez qu’il y a deux Grands Tampons, l’un en arabe et l’autre en français, ils sont l’un à côté de l’autre et le Tamponneur sait comment les différencier même les yeux fermés.

Ensuite, instinctivement, il tend encore la main vers le Tampon Rond et le prend. Automatiquement sans même voir l’emplacement de l’encrier, il le presse dedans pour l’imbiber avec une belle encre bleue, lève la main et RETAMPONNE votre document avec la détermination d’un vrai professionnel Tomponneur.

C’est fini ?, non, maintenant, c’est le jeu du Dateur. Pareils aux étapes précédentes et avec une main de maitre, il RERETAMPONNE votre document pour le marquer avec la date de votre passage. Une date, c’est toujours un moment historique à marquer.

Finalement, c’est la marque du Chef. Sans aucune fatigue ou essoufflement il prend le dernier Tampon qui contient le nom du responsable municipal qui signera plus tard le document, le trempe, l’humidifie sous la caresse de l’encrier et RERERETAMPONNE pour la dernière fois votre document.

Il se peut que vous ayez plus d’une copie ou de page à valider, alors là vous allez admirer l’art de feuilleter les pages tout en les tamponnant successivement.

Que de précision, que d’effort, que d’intelligence !!!!!. On ne fait pas d’études pour devenir Tamponneur, c’est comme le boucher, ou le crémier, ça s’apprend sur le tas mais ça nécessite des aptitudes et des compétences.

Ce n’est pas fini, et l’employabilité dans tout ça ?

Lorsque Monsieur Tamponneur gravait ton document avec les plus beaux sceaux, et pour ne pas laisser le citoyen attendre, un autre monsieur vous prépare déjà votre reçu pour vous le remettre pour une modique et symbolique somme de 500 millimes qui ne couvre même pas le cout de l’encre.

C’est fini ?, non patience, tout en recevant votre reçu gage de garantie que l’argent a été bien versé dans la caisse de la mairie, un Chaouch connu aussi pour être un agent de service interne, facilitateur de taches, connecteur des fonctionnaires, "hallel machakel" "ouvreur" de problèmes, prend ton document et le remet au Chef pour le signer et vérifier qu’il est aux normes requises par l’Administration.

Marqué par une belle signature singulière et particulière vous reprenez votre document et remercier les agents de leur disponibilité et de leur dévouement qui permet au citoyen de ne pas attendre plus que 5 minutes pour telle tache outre le temps d’attente de son rôle dans la salle.

Ça se passe ainsi en Tunisie et les pays les plus développés ne sont pas arrivés à faire mieux.

mardi 22 mai 2007

Fête des Mères J-5

J'ai 40 ans et j'ADORE encore ma MAMAN.

Il reste encore 5 jours pour la Fête des Mères, ça n'empêche que j'offre chaque jour un bouquet de chansons à ma Maman, que je voudrais bien partager avec vous.

La première chanson a été choisie par ma femme. Elle est de Assi Halani (que je ne n'aime pas beaucoup) et elle est superbe (il faut voir le clip, pas celui là).
Elle est intitulée "Bab 3am Yebki" - باب عم يبكي



Pour les Francophones, je leur offre:
Luis Mariano - Maman La Plus Belle Du Monde




En Anglais, cette chanson à connotation humoristique:
Queen Latifah - When You're Good to Mama





باب عم يبكي

راحت و شو بيضل غير الهم
من بعد ما يروح الفرح و العيد
و يسافر الزهر الخلق للشم
و يصير كل العمر عني بعيد
راح الفرح معها تركني و غاب
و ما كان يتركلي و لا ضحكة
غص الدرج نزلت دموع الباب
عمرك شفت شي باب عم يبكي
.................
يا بيتها شو غير الأحوال
تا صرت غيبة شمس عم تغفي
عا شرفتك شو يبس الموال
عا شرفتك شو يبس الشرفة
وين اللي كانت حلوة الحلوات
و تبحبح الغنجات للحبقة
وين الحكي و ينون هاك العجآت
راح الحكي و ختنقت العجأة
..................
راح الفرح معها تركني و غاب
و ما كان يتركلي و لا ضحكة
غص الدرج نزلت دموع الباب
عمرك شفت شي باب عم يبكي
.....................

When You're Good to Mama Lyrics

Ask any of the chickies in my pen
They'll tell you I'm the biggest mother hen
I love 'em all and all of them love me
Because the system works
The system called reciprocity...

Got a little motto
Always sees me through
When you're good to Mama
Mama's good to you.

There's a lot of favors
I'm prepared to do
You do one for Mama
She'll do one for you.

They say that life is tit for tat
And that's the way I live
So, I deserve a lot of tat
For what I've got to give
Don't you know that this hand
Washes that one too
When you're good to Mama
Mama's good to you!

If you want my gravy
Pepper my ragout
Spice it up for Mama
She'll get hot for you

When they pass that basket
Folk contribut to
You out in for Mama
She'll put out for you

The folks atop the ladder
Are the ones the world adores
So boost me up my ladder, Kid
And I'll boost you up yours

Let's all stroke together
Like the Princeton crew
When you're strokin' Mama
Mama's strokin' you

So what's the one conclusion
I can bring this number to?
When you're good to Mama
Mama's good to you!


Maman la plus belle du monde

Maman, Maman jolie
Maman tu es la plus belle du monde
Aucune autre à la ronde n'est plus jolie
Tu as pour moi, avoue que c'est étrange
Le visage d'un ange du paradis

Dans tous mes voyages
J'ai vu des paysages
Mais rien ne vaut l'image
De tes beaux cheveux blancs

Tu es, Maman, la plus belle du monde
Et ma joie est profonde
Lorsqu'à mon bras
Maman, tu mets ton bras

Maman tu es la plus belle du monde
Car tant d'amour inonde tes jolis yeux
Pour toi, c'est vrai, je suis malgré mon âge
Le petit enfant sage des jours heureux

J'avais fait des rêves
Où l'on m'aimait sans trève
Mais les rêves s'achèvent
Et toi seule m'est restée

Maman tu est la plus belle du monde
Et lorsque tout s'effondre autour de moi
Maman, toi tu es là !

Victime ou Coupable ?

Mars 2000

« Il était environ 8:00 h du soir, j’étais assis sur la terrasse du Café et je voyais les deux enfants de mes voisins ensemble sur l’autre bord du boulevard. Ils habitent juste à côté du café. Je me suis inquiété, d’habitude ils ne sortent pas tout seuls, ils sont soit accompagnés par leurs parents soit par la bonne. Surtout la fille, elle a un problème de diplopie (Hwal) associé à une myopie. D’ailleurs ces soir là, elle ne portait même pas ses lunettes. »

« Soudain, entre deux vagues de voitures, la fille, trainant l’enfant par la main traversa le boulevard en courant, elle n’a pas pu éviter une voiture qui venait de freiner, elle heurta l’aile gauche de la voiture et tomba presque au milieu de l’avenue. L’enfant continua dans son élan, effleura le pare-choc et tomba plus loin sur le trottoir. ».

« Je me suis levé ainsi que certains autres personnes présentes pour aider la fillette mais une voiture qui doublait le véhicule en arrêt à une grande vitesse passa en dessous de la fillette et ne s’arrêta que quelques dizaines de mètres plus loin ».

« Beaucoup de personnes s’attroupèrent autour du corps de la fillette qui saignait de la tête, le chauffeur du premier véhicule était à côté de nous et le chauffeur de la seconde voiture, nous rejoignit avec sa femme. »
« La fille ne bougeait pas mais elle respirait encore, quelqu’un est allé appeler une ambulance et la protection civile mais un autre voisin la pris dans ses mains et l’amena dans sa voiture à l’hôpital. Alarmés, les parents des enfants sont venus »

« Après qu’on a amené les enfants à l’hôpital, le premier conducteur s’est éclipsé en laissant sa voiture, tandis que le second a complètement disparu avec sa femme et sa voiture. Personne n’a pris la peine de noter le matricule de cette voiture. »

C’est le témoignage du voisin de la victime de cet accident mortel de la route.

Ce soir là, je rentrais chez moi comme d’habitude vers 20:00h. Je roulais à une petite vitesse 40-50 km/h, il faisait noir, le boulevard n’avait pas d’éclairage public. Subitement et entre les voitures qui venaient du sens inverse et qui m’éblouissaient avec leurs feux, deux enfants ont surgi sur ma gauche. J’ai freiné à temps, je me suis arrêté sur place, aucun glissement de la voiture, l’un des enfants m’a heurté sur l’aile gauche de la voiture, l’autre est passé devant en effleurant légèrement la voiture. La fille avait 8-9 ans et était malvoyante et l’enfant était âgé de 4 ans.

Après que les enfants furent amenés à l’hôpital et à l’arrivée de leurs parents, j’ai eu crainte d’agression physique, j’ai laissé mon véhicule et je suis allé au poste de police le plus proche qui contacta la police routière.

Le soir même la fille décéda et après enquête (immédiate) la police routière informa le Procureur de la République de tous les détails de l’accident et ce dernier me relâcha.
D’habitude, toute personne impliquée dans un accident de route mortel est arrêtée en détention provisoire pour minimum 15 jours. Les raisons avancées sont la protection de cette personne contre l’éventuelle réaction de la famille de la victime, comme si on vivait dans une jungle.
Ce soir là, vu les circonstances de l’accident, le Procureur de la République a jugé que je n’étais pas coupable et n’appliqua pas cette règle.

Je fus convoqué par la suite 2 ou 3 fois par la police routière pour terminer le dossier de l’enquête et la seconde voiture ne fut jamais identifiée ce qui m’a beaucoup inquiété parce que pour des raisons d’indemnité par l’assurance, cet accident doit être collé à quelqu’un et ce quelqu’un m’allait très bien.

Après quelques semaines de l’accident, la PR (Police Routière) me contacta et m’informa que je dois me présenter au poste de police le jour J pour être présenté au juge.

J’étais vraiment inquiet et suite à mon insistance, je suis allé avec un ami voir un TRES GRAND RESPONSABLE (que je ne peux pas citer la fonction) au Tribunal de Tunis qui m’a rassuré et m’a promis d’intervenir en ma faveur (DANS LE CADRE DE LA LOI) tout en m’indiquant que C’EST IMPOSSIBLE QUE JE SOIS ARRETE EN DETENTION PROVISOIRE, UN MOIS OU PLUS APRES L’ACCIDENT.

Le jour J, je me suis présenté à 8:00 h du matin au poste de police, une heure après on me dit « désolé Mr Téméraire, le dossier d’enquête n’est pas encore clos, revenez dans 2 semaines ».

3 jours avant le nouveau RDV, j’ai encore insisté auprès de mon ami, pour revoir le Grand Responsable et le rappeler de mon cas. Mon ami n’était pas d’accord puisque le Responsable devait être au courant et il aurait déjà fait le nécessaire mais devant ma pression il céda et nous sommes allés le voir encore une fois et il nous rassura encore une fois.

Le jour du RDV, je suis allé encore une fois à 8:00 h du matin au poste de police, encore une fois « Désolé Mr Téméraire, "Berjoulia" honnêtement on n’a pas trouvé ton dossier, tu reviens encore dans 2 semaines ». Je n’avais bien sûr aucun choix que d’accepter.

Cette fois-ci, je ne pouvais plus importuner le Grand Responsable encore et deux semaines après je me suis présenté comme d’habitude au poste de police.
A 9:00 h une voiture de police m’a conduit au Palais de Justice de Tunis et à mon grand étonnement, je me suis retrouvé dans le sous-sol du tribunal dans une cellule à attendre mon tour d’être référé au juge.
Seulement ce jour là et comme tous les jours, le juge avait beaucoup de dossiers et il avait oublié mon cas et mon nom recommandés par son chef et il a cru que l’accident vient d’avoir lieu hier (du moins c’est ce que le Grand Responsable a informé mon ami) et il a décidé qu’il serait bon de me protéger et de m’envoyer en détention provisoire pendant 15 jours "Chez ma Tante" à la Prison 9 Avril.

Merci Monsieur le juge de se préoccuper du Misérable Citoyen. Renvoyer quelqu’un en Détention Provisoire deux mois après l’accident ne servait à rien.

Après INTERVENTIONS, il n’était plus possible de me relâcher qu’après mon passage encore par le juge qui ne pouvait pas avoir lieu avant une semaine. La suite vous la connaissez …. Visite Prolongée à la Prison 9 Avril de Tunis (1ère Partie).

On m’a collé le procès sur le principe de l’équité qui stipule que la famille de la victime doit subir une indemnité de la part de l’assurance. Si on écarte ma responsabilité, cette famille ne recevra aucun sous parce que le vrai coupable s’est enfui.

Actuellement l’état a crée une caisse spéciale d’indemnisation des accidents de la route dont les fautifs sont inconnus.

Personnellement, j’ai payé une amende de 200 DT pour meurtre non prémédité suite à un accident de la route, 100 DT pour blessures non préméditées suite à un accident de la route, 150 DT (50% des sommes dues) à l’état et 2 dinars de timbres ou autres frais, soit un total de 452 DT.

J’aurais payé 100 fois cette sommes pour éviter toutes les douleurs qu’on subi ma famille.

lundi 21 mai 2007

Visite Prolongée à la Prison 9 Avril de Tunis (3ème Partie)

A la prison 9 Avril, il existe plusieurs pavillons, probablement de A à G. je n’ai aucune idée sur les caractéristiques des Pavillons A jusqu’au D et G qui sont d’après les rumeurs surchargés en détenus.

Mais le Pavillon F est une Résidence 5 étoiles. C’est une chambrée rectangulaire d’environ 25x6 m avec à droite et à gauches deux rangées de lits en béton à deux niveaux. Juste à l’entrée à droite se trouve une petite pièce sans porte dans laquelle se trouve deux toilettes et deux lave-mains.

La Pavillon F, n’est pas surchargé du tout, il a une capacité d’environ 60 places et à l’époque, il y avait un peu près 3 à 4 places vacantes. Disons, nous étions une cinquantaine de personnes.
Ce pavillon accueille les "Criminels" de la High society, des hauts cadres, des personnalités importantes et ceux qui ont un bon niveau d’instruction ou ceux qui sont recommandés.
Lorsque j’y étais, il y avait un PDG de banque, un PDG d’une très grande entreprise de textile bien connue, deux avocats, des professeurs, 3 Turcs incarcérés pour 50 ans de prison pour trafic de drogue, plusieurs jeunes garçons 19-22 ans détenus pour consommation de drogue etc…
L’un des avocats d’ailleurs travaille dans l’administration de la prison.

L’un des Turcs, un costaud gorille est le Chef de chambre, il est le responsable de l’ordre interne et c’est lui qui affecte les taches de nettoyage de la chambrée.

Contrairement à tous les autres Pavillons, et quoi que c’est interdit, le bloc F dispose de privilèges importants, ainsi on y trouve les couteaux et les fourchettes ainsi que les lames à rasoir pour se raser mais le plus important est que chacun a fabriqué à l’aide de Mr "Système D" sa propre cuisinière pour cuire ou chauffer sa nourriture.

Le premier soir, à une heure précise (je pense après le départ de l’avant dernier garde), j’étais étonné de voir chacun sortir de sa petite cachette (sous le lit, dans un sac, dans un carton, pourvu que ça ne soit pas visible à l’œil nu) sa petite cuisinière et a commencé à préparer son diner.

Le Chef de Chambre, le costaud Turc qui est d’un tempérament plutôt gai, m’invita à partager son diner, chose que j’ai accepté avec un grand plaisir vu la faim qui me pliait en deux.

A dix heure du soir, un dernier garde rentre dans la chambrée (au fait il y a toujours un autre garde dans l’antichambre d’avant qui ouvre aussi sur le pavillon E) et jette un dernier regard. Avant de refermer la porte derrière lui, le Chef de chambre doit alors éteindre la lumière et tous les résidents doivent se tenir dans leurs lits pour s’endormir.

Mal endormi, cette première nuit, je fus réveillé à 6:00h du matin par les cris du Chef de Chambre. C’est l’heure de la première ronde matinale des gardes. Nous nous sommes tenus en "garde à vous" devant nos lits dans le couloir central qui sépare les deux rangées de lits. Le Chef des Gardes de la prison est entré avec un sous-gradé qui le seconde et qui a commencé à faire le compte à haute voix « …. 48, 49, 50, le compte est bon Chef ». Le Chef jette un dernier regard dans le vide et ressort en fermant la porte derrière lui. Ce rituel est quotidien et il marque le début de notre longue journée.

Certaines personnes retournent terminer leurs grasses-matinées, d’autres font la queue pour les toilettes pour faire par la suite la prière matinale et/ou du sport sur place.
Certains préparent du café, d’autres se résignent à un verre de lait froid, un yaourt ou un peu de fromage.

Un second Turc, frère jumeau de Youness Chalaby et bras droit du Chef de Chambre (hiérarchie exige) et venu m’informer que si je voulais acheter quelque chose de l’épicerie, c’est le moment de passer commande.
Il y a de tout dans l’épicerie, sucre, biscuit, yaourt, lait fromage, pain et produits similaires ainsi que les cigarettes, savonnettes, shampoing etc .. et surtout certains journaux notamment La Presse mais en décalage d’une journée. J’ai passé commande de mes besoins tout en payant en bons d’achats à la livraison.

J’ai passé la première matinée à lire un journal, ensuite je me suis déversé dans un livre emprunté. Vers midi / treize heures, la porte s’ouvrit et deux détenus nous ont apporté la "Sabba", l’habituel ragout de prison, il était dégoutant, je ne sais pas pourquoi ils le font de la sorte, d’ailleurs au bloc F, un nombre réduit de personnes le prennent, pour le cuisiner encore avec d’autres ingrédients et le manger.

Je fus encore pris en charge par d’autres personnes qui m’ont invité à leur table pour un repas improvisé. Le déjeuner était bien bon et j’ai mangé à ma faim. Il y’avait même un fruit en guise de dessert.
Les ingrédients de cuisine, quelques légumes et fruits ont été livrés par les parents même des détenus et ces derniers s’arrangent de les consommer suivant la fréquence de la visite familiale.

A 17:00 h, un garde à ouvert complètement la porte du Pavillon, c’est l’heure de la marche à pied.
Je suis sortit du pavillon et à travers le vestibule central, j’ai accédé à une cour rectangulaire d’environ 30 x12 m. Il y avait aussi les prisonnier du pavillon E, qui sont pour la plupart des étrangers, égyptiens, algériens, marocains, sénégalais etc … ainsi que certains détenus politiques.

Comme autour d’une Kaaba virtuelle, la majorité des détenus marchait tout en faisant des tours et des tours autour de cette cour. Des dizaines, peut être des centaines de tours. Je me suis mi à mon pèlerinage, à suivre les marcheurs dans le sens opposé de l’aiguille d’une montre.
Vaguant, allant vers une destinée sans fin, ne pouvant ni focaliser ni me concentrer, je me suis laissé au rythme de ceux qui me devançaient.

A 18:00 h, comme un troupeau de bétail, nous avons été conduits à notre Pavillon, je suis resté auprès de la porte pour entendre la clé pousser les cylindres de la serrure en 3 tours.

Je suis allé au lit, je me sentais déprimé, révolté mais comme un drogué je ne pouvais pas agir, je ne pouvais rien faire. Un premier cycle d’une journée type vient de s’achever.

Les jours suivant étaient beaucoup moins durs que le premier, j’ai été intégré dans cette communauté et j’ai passé mon temps entre la lecture, les jeux de cartes (belote et rami), à faire de belles parties de scrabble et surtout à affirmer ma dominance en tant que champion du Pavillon au jeu d’échecs.

Le 3éme jour j’ai reçu la visite de ma femme. Bien sûr, je l’ai rencontrée à travers les barreaux d’une salle misérable et répugnante. Elle était moralement à zéro. Elle a eu sa propre aventure pour avoir un pass de visite. Avec tous mes respects aux familles qui viennent visiter leurs enfants et parents, c’est très dégradant de faire la queue devant la prison avec le fameux couffin "El koffa" qui contient de la nourriture pour 3-4 jours. Certaines nourritures sont interdites en raison du risque de passation de drogues ou de petites armes blanches.
Ma femme m’a informée qu’elle a pris deux avocats qui ont déjà contacté le juge afin de me convoquer pour la semaine prochaine.

J’ai conseillé à ma femme de ne plus revenir me voir, mais elle est revenue encore une fois (avec le fameux couffin) pour m’informer que le juge a accepté la requête des avocats pour me convoquer en audience le début de la semaine ç-à-d exactement 8 jours après mon internement.
En réalité, des amis ont contacté directement le juge en personne et lui ont expliqué mon cas.

Les jours se sont succédés pareils, identiques, les mêmes actions, les mêmes horaires, les mêmes personnes. Une monotonie à rendre fou.

Le Dimanche, 7ème jour de mon emprisonnement, j’ai été appelé avec un groupe de prisonniers pour allez à la séance hebdomadaire des douches. C’est une grande salle avec des canalisations trouées qui passent en dessus de nos têtes d’un côté à l’autre de la salle. Chacun se met sous un trou pour se mouiller le corps avec de l’eau bonne et tiède. On doit faire vite parce que l’eau sera coupée quelques minutes pour nous permettre de se frotter le corps et de faire un coup de shampoing. Quelques minutes après, l’eau revient pour la douche finale. La séance dure 15 à 20 minutes et retour à la chambrée.

Ainsi s’achève le circuit hebdomadaire d’un détenu au Pavillon F de la prison 9 Avril de Tunis.

Lundi matin très tôt, je fus rappelé par un gardien que j’ai une séance "Jalssa" au Tribunal de Tunis. A environ 8:00 h, après une fouille dans la salle de mise à nue mais sans me déshabiller j’ai été conduit à une fourgonnette qui m’amena au Palais de Justice, exactement dans cellule avec laquelle j’ai commencé ma première note.
Après une attente interminable, je fus convoqué. Un policier m’emmena par un petit escalier pour finir dans une salle d’audience pleine de monde, notamment des avocats, des témoins, des accusés, d’un juge et de ses deux magistrats, d’un secrétaire et d’un autre juge ou procureur qui se place du côté opposé du secrétaire.

J’ai pris place dans le banc des accusés dans une position qui ne me permettait pas de chercher ma femme. Après le défilé de plusieurs accusés, le juge annonça mon nom, je le suis levé et je me suis placé dans la tribune centrale. Il me questionna sur mon nom, ma situation familiale, mon travail et sur mon accusation, je ne pouvais que répondre par oui. Ensuite il donna la parole à mes avocats qui demandèrent ma remise en liberté et qui expliquèrent que ma détention n’était pas nécessaire du tout. A la fin, ils s’engagèrent que je serai à la disposition de la justice lors de toute convocation en jour et heure voulue.
« Délibération en fin de séance » rétorqua le juge.
L’un de mes avocats me salua et j’ai pu voir ma femme derrière lui, toute triste, le visage terne.

Un policier me ramena à la fameuse cellule, exactement comme au début de ma fameuse aventure. J’étais très brouillé, ma femme m’a assurée que je serai libéré aujourd’hui. Qu’est ce que je fais encor ici ? Pourquoi on ne m’a pas encore relâché ? et si le juge à changé d’avis ? comment vais-je encore passer une autre semaine en détention.

J’ai fini par me calmer et de laisser le sort maitre de la décision. Pour la première de ma vie et pendant 8 jours, j’ai été incapable de décider de ma propre vie. D’autres personnes sont devenues maitres de mon Destin.

Vers 14:00 h, rebelote, je remontais pour la seconde fois dans la fourgonnette qui a pris la destination de Ma Prison mais cette fois-ci à l’arrivée on m’informa que je serai relaxé aujourd’hui même. Ouuuuuuuuffff, enfin.

Je suis retourné à Mon Pavillon après encore le passage par la chambre de fouille. Ce fut à 19:00 h que j’ai obtenu mon attestation de libération "Bitaket Sarah". Un garde m’accompagna par des multiples petits couloirs à travers plusieurs portes métalliques, pour me retrouver à la fin dans la rue à côté de l’Hôpital Ophtalmologique. Ma femme et mon Patron étaient là entrain de m’attendre depuis 14:00 h.

PS:
- Excusez mes erreurs de conjugaison et d'orthographe, je n'ai pas eu le temps de faire une lecture approfondie
- Je sais que c'est long mais je n'ai pas pu faire plus court

samedi 19 mai 2007

Visite Prolongée à la Prison 9 Avril de Tunis (2ème Partie)

A 10:00 h du soir, les lumières on été éteintes mais je suis resté réveillé jusqu’à l’aube pour enfin succomber à la fatigue. A peine endormi qu’on nous réveilla à 6:00 h du matin.
Je suis sorti dans une petite cour ou il y a deux supposées toilettes devant lesquelles tous mes Compagnons faisait la queue.
A côté il y avait un autre attroupement autour de 5 ou 6 robinets montés sur un lavabo en béton édifié directement sur un mur. J’ai attendu mon tour pour me laver le visage et me rafraichir.

D’anciens prisonniers son venus avec des rasoirs et du matériel de coiffure, le "Beauty Saloon" ouvrit ses portes et tout le monde commença à se faire beau.
Avec une savonnette verte en guise de mousse à raser, plusieurs personnes se sont mis à se raser la barbe avec la même lame. Un Sidéen aurait facilement pu contaminer une dizaine ce jour là.

D’autres se sont donnés aux prisonniers coiffeurs pour la tonte de leurs chevelures à ras. Certains on voulu se cacher pour garder leurs cheveux dont ils sont fiers mais le Chef de Chambre les a détectés et il les a envoyés à la tondaison.

A environ 8:00 h, nous avons été amenés à une autre zone ou un garde à travers une petite fenêtre nous assigna nos affectations « Téméraire, Bloc F ».
« Sahha lik » « Tu as de la chance » me dit l’un de mes compagnons, « c’est le meilleur Pavillon ».

On nous a conduit ensuite vers une cave qui pue les égouts, ou nous nous sommes retrouvés entassés avec d’autres détenus. Environ 40 personnes dans un espace de 25 m2, heureusement que certains se sont mis dans l’escalier sinon, il nous serait même impossible de respirer.

Après les rencontres, les connaissances et les embrassades, certains ont commencé à chanter d’autres à danser et c’est la fête qui s’est installée, on dirait une rencontre de mariage.
Certains racontaient leurs crimes ou leurs viols avec une fierté irréprochable et d’autres donnaient des conseils aux nouveaux venus.

Vers midi, on nous ramena "Essabba", le ragout de la prison et quelques assiettes métalliques ainsi que du pain dur qui devait dater d’une semaine. La plupart de la horde s'est ruée sur cette bouffe, bien sûr les plus forts on été les premiers servis.

J’avais faim, j’ai pris un morceau de pain mais il était immangeable. Ouvrir une bouteille de boisson gazeuse avec les dents était moins risqué. Un gardien livra a des connaissances deux paquets de biscuits qui ont faillit créer une guerre. A mon étonnement, quelqu’un est venu m’offrir deux biscottes, je les ai pris avec un grand remerciement.

Au début de l’après-midi, on commença à nous appeler par des groupes de quatre. Après une attente infinie, je fus appelé. Je suis sorti de la cave et amené à un bureau mitoyen pour la fameuse séance photo profil et face avec le matricule en main et la prise des empreintes des mains et des dix doigts.
Ce qui est étonnant c’est qu’ils utilisent encore un ancien appareil photo qui apparemment donne une très bonne qualité d’image.

Après cette identification définitive, nous avons été regroupés dans un coin de la cour centrale d’où nous pénétrons un par un dans une petite chambre de 3 m2 pour le contrôle définitif.
Un Ancien prisonnier nous demande de se mettre complètement à nu et d’enlever tous nos vêtements pour les contrôler à la recherche, de petites armes, de drogues ou tout produit illicite. Avec un très grand couteau, il a coupé les talons de mes belles chaussures et a déchiré la semelle intérieure à la recherche encore de quelconque arme ou lame. J’étais enragé.

Le circuit de réception n’est pas encore fini. Regroupés en file indienne comme des écoliers, nous avons suivi notre garde jusqu’au côté opposé de la cour centrale. Nous nous sommes arrêtés devant une grande salle et encore un ancien prisonnier (il parait que les gardes ne font rien dans cette prison sauf …) et venu nous distribuer des fiches.
- « Téméraire », je tends ma main, je prends ma fiche, je la parcours rapidement et je la lui remets.
- « Qu’st ce qu’il y a ?»
- « Ce n’est pas la mienne »
- « Tu t’appelles Téméraire, non ? »
- « Oui, mais la fiche n’est pas la mienne » j’ai répondu en criant.
- « Mais il y a ton nom dessus »
- Encore en criant « Oui, il y a mon nom dessus, mais l’inculpation mentionnée est erronée, je ne suis pas interné pour détention et consommation de drogue comme c’est mentionné »
- « Et alors ou est le problème ?»
- Toujours en criant « Le problème, c’est qu’elle n’est pas ma fiche »
- « D’accord, quel est ton crime »
- « ………. »
- « Ok, je vais te chercher une autre fiche »

Il continua à distribuer les fiches aux autres détenu quand un garde est venu m’appeler en criant :
- « Toi, viens ici »
- « Oui, Tfadhel, qu’est ce que tu veux ?»
- « Pourquoi tu criais quand tu parlais à l’aide-infirmier ? »
- « Je ne crie pas, c’est comme ça que je parle d’habitude. Dans mon travail, j’ai sous mon ordre plus que 100 employés comme lui, je suis habitués à crier, tu sais, ils ne comprennent pas facilement »
- « Ici ce n’est pas ton travail et on serait t’apprendre le respect »

Je me tais, je ne voulais pas aller plus loin, je ne connais pas les lois qui gèrent cette prison.

La consultation médicale est faite par un supposé infirmier, qui rempli ta fiche en te posant des questions genre : est-ce que tu as été malade ? est-ce que tu as des maladies de longue durée ? est-ce que tu prends des médicaments ?. Non merci, rien au revoir.

Avant dernière étape de ce périple et avec mes Compagnons, j’ai été conduit dans une autre salle ou j’ai rencontré un Assistant Social. Oui vous n’allez pas croire mais un vrai Assistant Social.
Après avoir pris compte des raisons de mon invitation dans son domaine et après quelques questions banales : tu es marié ?, tu as des enfants ? , ta femme travaille ? il me demanda si j’avais besoin de quelque chose et j’ai demandé qu’on informe ma famille. Ma famille était au courant de ma détention dès la première minute mais ils ne furent jamais informés par le service social de la prison.

Finalement, un vrai garde nous a pris en charge et nous a conduits à travers un couloir qui bordaait les Pavillons jusqu’à arriver au mien le fameux Pavillon "F".
Un garde ouvrit une première porte métallique en barreaux avec des clés compliquées, je me suis retrouvé dans un genre de vestibule qui donnait sur 3 autres portes métallique. Sur l’une d’elle y est inscrit F.
Il ouvrit la porte métallique du pavillon F et finalement j’ai mis les pieds dans mon nouveau monde.

A suivre ...

vendredi 18 mai 2007

Visite Prolongée à la Prison 9 Avril de Tunis (1ère Partie)

Mai 2000.

Ça fait déjà 4 heures que je me morfonds dans cette cellule noire et crasseuse du Palais de la Justice de Tunis. J’attends qu’on m’appelle pour rencontrer le juge. Je suis écœuré par ceux qui viennent me coller et me demander une cigarette ou me questionner sur les raisons de ma présence avec eux.

Costumé, cravaté et chaussures luisantes, je contraste avec la cellule et tout le bon monde qui y était dedans.
Bon monde ça me fait rire de l’écrire, en fait des voyous, des voleurs, des violeurs, des dealers, des commerçant illicites de liqueurs, dans l’ensemble, la classe de la crasse, peut être quelques innocents mais qui ne se démarquent pas de l’ensemble.
Rien à les voir je me sens très mal à l’aise de me trouver ainsi parmi eux.

Soudain un policier arrive en criant : « Allez ouste tout le monde me suit, tout le monde dehors ». Ce mot tout le monde, ne m’a pas rassuré. Je me suis adressé au policier lui demandant vers ou aller, il s’est éclaté de rire « Chez ta Tante ».

J’ai suivi en file indienne, les personnes qui m'ont devancés, nous avons remonté un escalier et après quelques pas je me suis retrouvé à l’intérieur d’une fourgonnette avec une dizaine de personnes. La portière du véhicule s’est fermée derrière moi, je ne comprenais rien du tout, ceux qui m’accompagnait riait et s’échangeaient des recommandations avec un air très ordinaire.

Le véhicule démarre à grande vitesse. Je me demande encore qu’est ce que je fais ici et à quelle "Maison de Tante" je vais y aller et pourquoi ? J’ai été convoqué par le juge en raison de ….. et procéduralement je doit passer par les cellules du Palais de Justice. Pourquoi sans même avoir vu le juge on m’expédie vers la "Maison de Tante" qui n’est autre que la PRISON.

Environ 15 minutes après, la Fourgonnette s’arrête définitivement, la portière s’est ouverte et en suivant mes "Compagnons", je descends dans une grande cour bien reconnaissable par son architecture et ses grilles: Bienvenue à la PRISON 9 AVRIL de Tunis.

Les vétérans connaissant la procédure, se sont dirigés vers une grande entrée menue d’une grande grille ouverte. Je ne peux que les suivre.
Nous nous sommes accolés aux deux murs l’un en face de l’autre et un autre groupe de personnes arrêtées sont venus nous rejoindre. Nous étions environ une trentaine de personnes.

Après avoir rempli des fiches de renseignements dans un premier bureau, nous nous sommes dirigés vers une seconde salle ou nous avons consignés nos biens.
J’ai remis tous mes papiers, mon carnet de chèque, tout l’argent espèce ainsi que mes clés. Afin d’éliminer le risque de crimes ou de suicides j’ai été obligé de me débarrasser aussi des lacets des souliers, de ma ceinture et de ma cravate.
Suite à l’observation et à l’écoute des vétérans, je n’ai pas oublié d’acheter pour 10 DT des coupons d’achat nécessaires pour acquérir divers produits de l’épicerie de la prison. L’Argent liquide n’y circule pas.

Finalement nous avons été conduits dans un pavillon particulier pour y passer la première nuit.
Le dortoir était sombre, sale et constitué de plusieurs lits métalliques à deux niveaux accolés les uns contre les autres. Les matelas puaient la moisissure et les couvertures grises étaient très dégoutantes. Je m’en passe sur les oreillers dont les chats de notre quartier éviteront de s’y détendre.

Le Chef de Chambre qui était aussi un prisonnier m’a remarqué et il est venu m’interroger sur les raisons de mon incarcération.
Suite à ma réponse, il me choisit le meilleur des lits et recommanda à deux autres détenus de veiller sur moi.

Quelques casse-croutes furent distribués (apparemment achetés de l’extérieur et ramenés par les gardes). Un collègue m’offrit un morceau, je déclina gentiment. Quoi que je n’aie rien mangé depuis environ 10 heures, je n’avais aucune faim.

J’ai couvert l’oreiller avec ma veste, je me suis détendu sur le lit et mes pensées allèrent vers ma femme, ma mère et mon fils. Que sont-ils en train de faire maintenant ?, qu’est ce qu’ils sont en train de ressentir ?. Ils me manquent énormément. Cette séparation était imprévisible.
D’après l’administration de la prison, je suis en détention provisoire pour 15 jours.

A suivre ….

Bons Baisers de ....

jeudi 17 mai 2007

Le Salaire et la Misère d’Amor

Amor travaille dans une entreprise privée de Tunis comme ouvrier manutentionnaire au magasin.
Il touche environ 232.000 DT par mois, le SMIG, et il est très content de travailler dans cette entreprise, sans laquelle, il sera au chômage, d’ailleurs c’est ce que ne cesse de lui rappeler son Chef Mohsen.
Il a 42 ans et il est marié depuis 7 ans. Sa femme travaille comme femme de ménage à mi-temps dans une petite société de service à 70.000 DT par mois. Leur fils à 6 ans et il fréquente l’école du quartier.

Quoi qu’Amor n’est pas content du tout de son salaire et il n’espère aucune promotion, il a toujours peur des augmentations annoncées. Sans savoir trop calculer, il sait que chaque fois qu’il y a des augmentations légales, chaque fois ses fins des mois deviennent de plus en lus difficiles !!!.

Amor habite à la cité Ouardia. Il loge dans un studio à une chambre, une toilette avec douche, une kitchenette qui contient à peine un réfrigérateur et une large entrée utilisée aussi bien comme salon, salle à manger et chambre à coucher du petit. Le loyer lui coute 70,000 DT par et il paye mensuellement et forfaitairement 10.000 DT pour l’électricité et 10.000 DT pour l’eau.

Pour aller à son travail, il est obligé d’acheter des titres de transport hebdomadaires qui lui coutent 18.000 DT par mois et afin d’économiser le maximum, son repas est toujours constitué d’un casse-croute contenant les restes du diner du soir, sinon une demi-baguette beurrée avec de l’Harissa et contenant deux œufs cuits et un peu d’huiles de tournesol ou de maïs.
Amor a consentit tous les sacrifices du monde mais ne peut pas se passer de son paquet de cigarette Cristal qu’il fume chaque jour. Le lui interdire, c’est lui ôter la vie. Ce fléau lui coute environ 30.000 DT par mois mais il le mérite bien.

Sa femme se débrouille très bien dans la gestion de leur budget familial. Elle dépense mensuellement et impérativement un minimum 8.000 DT pour les produits laitiers, 35.000 DT en viandes (ou plutôt abats, ossements, volailles et surtout les cous de poulets), 40.000 DT en légumes, 11.000 DT en pains et 20.000 DT en pâtes, huiles, sucres et autres condiments minimums nécessaires pour faire la cuisine. Il arrive que la famille d’Amor se permet quelques fruits ou boissons (thé, café, bossons gazeuses) pour une dépense mensuelle de 10.000 DT et encore 9.000 DT comme gouter pour le petit écolier.
A remarquer que pendant le moi du Ramadan, elle garde le même rythme de dépenses.

Vive la fripe !!!, Amor, sa femme et son enfant s’habillent à 100% de la fripe (chaussures incluses), ils dépensent annuellement environ 150,000 DT, soit 12.500 DT par mois.

La rentrée scolaire de leur fils leur coute environ 24.000 DT entre cartable, livres, cahiers, accessoires et tablier et un entretien mensuel de 1.000 DT, soit une moyenne de 3.000 DT par mois.

A chaque Aîd El Kébir, Amor achète un agneau pour environ 150,000 DT, pour l’Aîd Al Séghir, sa femme ne dépense pas au-delà de 30.000 DT et pour le Mouled c’est pareil, soit une charge mensuelle de 17.500 DT.

Amor et sa femme dépensent mensuellement environ 304.000 DT pour une rentrée fixe de 302.000 DT, la différence est négligeable et il arrive à s’en sortir. Seulement Amor et sa famille ne doivent pas tomber malades, leur réfrigérateur et leur télévision ne doivent pas tomber en panne.
La famille d’Amor ne doit pas recevoir des invités (d’ailleurs, ceux qui viennent du Bled, ne trouverons pas un lit supplémentaire chez lui), et ne peu avoir des vacances en été.

Toute dépense supplémentaire risque de créer un déséquilibre important dans le budget familial, d’ailleurs pas question de penser avoir un second enfant.

Ça fait longtemps qu’Amor a oublié la couleur de la Mer, l’odeur du Jasmin et le gout du Miel. Il n’arrive pas à les expliquer à son unique enfant sur lequel il porte tous ses espoirs.

mercredi 16 mai 2007

Le Héros des Temps Modernes

Des Héros dans le monde Arabe, il existe peu, des Zéro, il en existe des millions.
Lui, pas trop connu marquera l’histoire de l’Afrique et des pays Arabes, il y est déjà entré par la Grande Porte.

Lui, c’est Ali ou Ely Ould Mohamed Vall, l’Homme qui a cédé volontairement le pouvoir au choix du peuple après avoir lui-même organisé les élections libres et pluralistes en Mauritanie

C’est un cas unique dans notre monde (arabe) tout simplement sans le confirmer ce Grand Monsieur ne devait pas porter des gènes Arabes mais peut être berbères ou disons Mauresques.

A la tête de l’armée, le 3 août 2005, Ely Ould Mohamed Vall, renversa le régime du président Maaouiya Ould Taya et créa le Conseil militaire pour la justice et la démocratie (CMJD).

Après une période de stabilisation de la situation qui a durée 18 mois et un référendum sur l'amendement de la Constitution, des élections législatives et présidentielle on eu lieu en toutes transparences.
Ely Ould Mohamed Vall, et les membres du gouvernement de transition ne se sont pas présentés aux élections.

Cette Homme mérite bien de porter le titre de l’Héros des Temps Moderne.

Je n’arrive pas encore à y croire.

mardi 15 mai 2007

Au SEIN du Grand Maghreb Arabe Uni








Cliquez sur les photos pour les aggrandir.

Pour voir tout l'album:

lundi 14 mai 2007

La Démocratie Castrée

Cette note s’adresse spécialement aux laïques et ceux qui prônent la laïcité pour la Tunisie.
Chacun de nous sait très bien qu’il faudrait des préalables pour établir un état laïc dont le plus important est la DEMOCRATIE.

Accepteriez-vous des Elections Démocratiques qui incluraient toutes les Mouvances Politiques Tunisiennes, de l’Extrême Gauche à l’Extrême Droite en incluant les partis politiques Islamiques ?

Vous pouvez dire, que les Partis Politiques à caractère Religieux ne doivent pas être acceptés et doivent être écartés dés le départ, dans ce cas là, pourquoi monopoliser la parole du Peuple et ne pas le laisser se décider tout seul par les urnes ?

Est-ce que le citoyen moyen Tunisien est immature, ne sait pas faire le bon choix et n'est pas capable de cerner ses intérêts ?

Sommes-nous assez Démocrates pour accepter un gouvernement Islamique pour notre Tunisie ?

Serait-il mieux d’oublier la Démocratie et de garder le statu quo actuel ?

Rechercher dans mes Blogs

meilleur site www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.
Petites annonces gratuitesCe site est listé dans la catégorie Internet : Pages personnelles Dictionnaire du Net
Référencé par Blogtrafic